Accueil > Uncategorized > Rameau, Lully

Rameau, Lully

Cherchant à distribuer le blâme et l’éloge, une critique du XVIIIe siècle évacue l’étude de l’évolution historique de l’œuvre et de son interprétation lorsqu’elle écarte l’inscription historique de l’œuvre comme un défaut évident et inévitable.

« C’est le sort de ceux qui inventent, de conserver longtems un droit de supériorité sur ceux qui les suivent. Les défauts que l’infirmité de leur Siècle a mis nécessairement dans leurs Ouvrages, sont effacés par le respect qu’une antique tradition leur attire ; & la lumière des Siècles éclairés ne dissipe qu’à peine ce préjugé favorable, qui dissimule des fautes anciennes, ou déifie de vielles erreurs. Ceci ne doit point être regardé comme une insinuation maligne contre Lully. Je respecte sa gloire ; le panégériste d’un grand Homme ne doit point être le détracteur d’un autre ; loin de rabaisser les prédécesseurs de M. Rameau, je voudrois les relever, s’il étoit possible, certain qu’un suffrage unanime mettra au-dessus d’eux l’Artiste que je célèbre. »1

La méthode qui consiste à ériger des figures de génies pour y comparer tout nouveau créateur dérive d’un besoin de percevoir le temps comme une durée. Créer des génies, des écoles, des mouvements éloigne le vertige de l’infinité des instantanéités et lui substitue la préhension de tranche esthétique temporelles. Un autre moyen de ne pas être dépassé par l’instantanéité impalpable est de reconnaître le besoin de recul, de profiter d’un temps de sédimentation historique esthétique.

L’intellectualisme faisant la part entre un bon public et un mauvais public fonde sa catégorisation sur le temps de réflexion que se donnent les juges. Barthes montre l’exemple de l’opposition à l’intellectuel par une dénonciation de fonction d’intellectualisme par celui qui se revendique intelligent.

« Lully étoit certainement admirable, l’innovateur [Rameau] ne lui ressembloit pas, donc il étoit digne de mépris. Cette logique familiere à la multitude, & d’après laquelle elle juge presque toujours, sembloit autoriser ses dégoûts, & les fonder en raison ; c’en étoit plus qu’il ne falloit pour les laisser éclater librement. Parmi ces fanatiques ardens, déchaînés contre le goût qui s’introduit, quelques esprits plus mûrs & plus sages, n’étoient qu’étonnés, & ne renonçoient pas : ils écoutoient la Langue nouvelle que M. Rameau leur parloit, & tâchoient de se l’expliquer entr’eux… »2

1CHABANON, Michel : Éloge de Rameau, Imprimerie de M. Lambert, Paris, 1764, pp. 8-9.

2CHABANON, Michel : Éloge de Rameau, Imprimerie de M. Lambert, Paris, 1764, pp. 12-13.

Catégories :Uncategorized
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :