Archive

Archive for the ‘Musées’ Category

George Braque

Georges Braque - Le Viaduc à l’Estaque, juin-juillet 1908, MAM

Georges Braque - Le Viaduc à l’Estaque, juin-juillet 1908, MAM


Georges Braque (1882-1963) : “Pensées et Réflexions sur la peinture”

Autour du progrès, contre l’extension, de la limite vers le moyen, puis le sujet (la, pensée), reconstituant-représentant.

aphorismes de Braque en marge de ses dessins, rassemblés et publiés par Pierre Reverdy, revue Nord-Sud, Paris, décembre 1917.

1 En art le progrès ne consiste pas dans l’extension mais dans la connaissance de ses limites.

2 La limite des moyens donne le style, engendre la forme nouvelle et pousse à la création.

3 Les moyens limités font souvent le charme et la force des peintures primaires. Au contraire l’extension amène les arts de décadence.

4 Moyens nouveaux, sujets nouveaux.

5 Le sujet n’est pas l’objet, c’est l’unité nouvelle, le lyrisme qui sort complètement des moyens.

6 Le peintre pense en formes et en couleurs.

7 Le but n’est pas le souci de reconstituer un fait anecdotique mais de constituer un fait pictural.

8 La peinture est un mode de représentation.

9 Il ne faut pas imiter ce que l’on veut créer.

10 On n’imite pas l’aspect ; l’aspect c’est le résultat. Pour être l’imitation pure la peinture doit faire abstraction des aspects.

11 Travailler d’après nature c’est improviser.

12 Il faut se garder d’une formule à tout faire propre à interpréter aussi bien les autres arts que la réalité et qui au lieu de créer ne produirait qu’un style ou plutôt une stylisation.

13 Les arts qui s’imposent par leur pureté n’ont jamais été des arts à tout faire. La sculpture grecque et sa décadence entre autres nous l’enseignent.

14 Les sens déforment, l’esprit forme. Travailler pour perfectionner l’esprit. Il n’y a de certitude que dans ce que l’esprit conçoit.

15 Un peintre qui voudrait faire un cercle ne ferait qu’un rond. Il se peut que l’aspect le satisfasse mais il doutera. Le compas lui rendra la certitude. Les papiers collés dans mes dessins m’ont aussi donné une certitude.

16 Le trompe-l’œil est dû à un hasard anecdotique qui s’impose par la simplicité des faits.

17 Les papiers collés, le faux bois – et autres éléments de même nature – dont je me suis servi dans certain dessins s’imposent aussi par la simplicité des faits et c’est ce qui les a fait confondre avec le trompe-l’œil, dont ils sont précisément le contraire. Ce sont aussi des faits simples mais créés par l’esprit et qui sont une des justifications d’une nouvelle figuration dans l’espace.

18 La noblesse vient de l’émotion contenue.

19 L’émotion ne doit pas se traduire par un tremblement ému. Elle ne s’ajoute ni ne s’imite. Elle est le germe, l’œuvre est l’éclosion.

20 J’aime la règle qui corrige l’émotion.

cité in Art en théorie 1900-1990, Hazan, Vanves, 1997, pp. 246-247.

Une bien fausse photographie. L'Olivier près de l'Estaque est un des tableaux volés au Musée de la Ville de Paris en mai 2010

Publicités
Catégories :Cubisme, Musées, Peinture

Maximilien Luce (né 12 ans avant la commune – mort 71 ans après, post-néo)

Au musée des impressionnismes, Giverny, prendre un billet couplé permet de visiter l’exposition temporaire, … et de ne pas faire la queue d’une heure, pour la maison de Monet, pleine de reproductions de tableaux… l’intérêt de voir des oeuvres impressionnistes sans texture ? au milieu de la cuisinière de Monet, face à son jardin encaissé qui lui fit perdre trois années mais, dit-on, gagner son art.

Maximilien Luce (1858-1941), donc, peintre, néo-impressionniste (courant aussi défini de divisionnisme et de pointillisme), et non pas post-impressioniste (un post qui souligne que l’on a dépassé… en conservant).

Maximilien Luce - Le Louvre et le Pont du Carousel, effet de nuit, 1890, collection privée

Maximilien Luce - Le Louvre et le Pont du Carousel, effet de nuit, 1890, collection privée

Maximilien Luce, qui comme Turner (1775-1851) ou Goya (1746-1828), produit des touches stupides de près et qui vibrent de loin, qui prennent tout leur sens lorsqu’on recule (application concrète d’un principe qui concerne toute la peinture, qui en est un critère). Comme Turner ces six derniers mois, le voisin d’un temps de Luce à Giverny : Monet , investira le grand Palais, pour un Disney Land pictural.

On sourira de Maximilien Luce, l’Anarchiste… qui de fait dessine des affiches de propagandes pas du tout néo, … alors que sa technique stagne pour peindre la Commune qui lui tient tant à cœur… un peu comme Alain Robbe-Grillet (1922-2008), qui raconta son accident d’avion selon les lois de l’intrigue d’Aristote… le comble pour un chef de file du Nouveau Roman ! Mais si la technique du peintre de propagande perd son intérêt esthétique, elle nous permet de comprendre rétrospectivement pourquoi la Seine, dans ses tableaux, est pleine de flambeau émis du Pont du Louvre… autant de points comme autant de révoltés.

Maximilien Luce - Une rue à Paris en Mai 1871 ou La Commune, 1890, Musée d'Orsay

Maximilien Luce - Une rue à Paris en Mai 1871 ou La Commune, 1890, Musée d'Orsay

Catégories :Impressionnisme, Musées, Normandie, Peinture Étiquettes :

Musées du Centre – Louvre & Delacroix

Pourquoi faut-il faire la queue pour obtenir une gratuité ? => parce que la gratuité paye les subventions.

Pourquoi vous laisse-t-on tout de même rentrer ? => parce que les hôtes(se) d’accueil ne sont (pas) encore intéressées au chiffre d’affaire. Pas (encore, encore) de stock-options pour les musées… et le Louvre à Lens, … et le Louvre à Abu-Dhabi … avoir !

Le billet couplé Louvre-Delacroix revient presque à la moitié d’une journée de Pass-Musée Paris (en épargnant les chiffres on est paradoxalement plus compliqué, mais que les chiffres nous épargnent sur ce sujet). De toute manière, qui peut parcourir plus d’un dixième du Louvre en six jours (l’entrée dans les musées parisiens pour six jours représentant huit fois les huit euros du Louvre)… Et il y a plus de Delacroix au Louvre qu’au musée Delacroix.

Pourquoi son altesse d’Arabie Saoudite a-t-elle annulée l’honneur qu’elle faisait à la France d’introniser l’exposition du Louvre sur les routes d’Arabie ? parce que la presse française a fait part de son envie de voir l’Iran rayé de la carte comme Israël ? => parce que c’est l’Arabie qui prête toutes les œuvres de l’exposition/vitrine… une bonne action, bon débararras des stock-options, qui sait quelle obligations cela réserve.

Pèlerins, encens

Heureux si le Musée m'avait montré un si beau voyage. On reste à quai. Alors votre altesse, la France n'est pas sur votre carte.

Pourquoi les quatre photos de ces beaux chemins de pèlerinages sont-elle projetées, chacune par son rétroprojecteur et non pas imprimées dans un beau tirage. Pas assez nouveau-riche, sans doute.

D'inspiration égyptienne, la statuaire d'Arabie glorifie ses rois, colosses aux cous d'argile et aux pieds à sandales

Ah et que fait la musique, tristement absente de part et d’autre de la Seine.

On se soigne en trouvant la rue Saint-Anne, non qu’elle résonne des échos de l’Opéra mais de ceux des baguettes, à devenir fou.

Willy Ronis à La Monnaie

Les organisateurs insistent sur le partenariat « public-privé » de cette exposition coordonnée par Le Jeu de Paume (sic) et la Monnaie de Paris (ibidem). Il semblerait que cela soit l’avenir de la diffusion artistique… depuis longtemps.

Willy Ronis insiste pour rester laconique et sybillin, ne faisant que décrire ce que tout spectateur, comme lui, voit. Pour taire et laisser parler le reste. Comme ces baguettes qu’on ne fait plus si grandes que des enfants.

Catégories :Musées, Paris, Photographie

Le musée de Flers

Château de Flers

Lithographies – donc présence d’un original absent – d’un oiseau de Joan Miró (1893-1983) et d’amants de Jean Cocteau (1889-1963) dament le pion à l’absence présente des veaux, vaches, … surtout des vaches ! ah, et des dindons.

Exposition de papiers peints de la Maison de retraite école communale centre de soutien Amicale.

Catégories :Musées, Normandie Étiquettes : , ,

Musées du IXe

Chopin (1810-1849) et Georges Sand (1804-1876) dans le portrait de 1838 peint par Delacroix (1798-1863). Ce portrait sera mutilé pour être vendu et utilisé en couverture de livres biographiques… Tout comme le Berlioz de Courbet (1819-1877)… qui est lui aussi au Musée de la vie romantique dans l’Exposition « Chopin et la note bleue » (sic[k]).

Retrouver et descendre la rue de la Rochefoucauld (1613-1680, le quartier n’est que rues de Lumières) amène au musée symboliste Gustave Moreau (1826-1898), et l’on s’y sent comme l’Ulysse peint dans l’atelier, autour d’oeuvres plus allégoriques les unes que les autres, … heureux qui fit un long voyage, mais surtout, rentra chez lui.

Catégories :Musées, Musique, Paris, Peinture

Blog, Blogs Blogs

Voici les palabres que je suis :
sur les livres
sur l’art
et sur(-)tout