Critique

Centre National de Ressources Textuelles

Définitions du Dictionnaire de l’Académie :
8ème édition (1932-1935)

(1)CRITIQUE. adj. des deux genres. T. de Médecine. Qui annonce une crise, qui a rapport à la crise. Phénomènes critiques. Signes critiques.

Jour critique, Jour où il arrive ordinairement quelque crise, dans certaines maladies. Le septième et le neuvième sont des jours critiques. On le dit aussi des Jours où les femmes ont leurs règles.

Temps, âge critique, Celui où une modification importante se produit dans le tempérament. Il se dit spécialement des Femmes.

Il signifie par extension et d’une manière plus générale, Qui doit amener un changement en bien ou en mal. L’instant critique est venu. Les moments critiques de la vie. Les temps, les circonstances sont critiques. Se trouver dans une position critique.

Il signifie aussi Qui a pour objet de distinguer dans un ouvrage d’esprit, une production d’art, etc., ce qui ne répond pas aux idées que l’on se fait du beau, à ce que l’on juge la vérité, etc. Observations, notes critiques. Dissertation critique.

Édition critique, Celle dont le texte a été soigneusement établi d’après les manuscrits ou des éditions originales.

Esprit critique, Tendance à examiner les doctrines, les théories, les assertions historiques pour s’assurer si elles sont fondées sur la vérité. Cet historien manque d’esprit critique.

Esprit critique signifie aussi Esprit de libre examen. À certaines époques, l’esprit critique domine.

Humeur critique, Disposition à faire ressortir les défauts des choses, des personnes.

Il s’emploie aussi comme nom pour désigner Tout écrivain qui juge les productions littéraires ou artistiques. Critique judicieux, sévère. Critique littéraire. Critique dramatique. Critique d’art. Un grand critique.

(2)CRITIQUE. n. f. Art de juger les ouvrages d’esprit, les productions littéraires ou les œuvres d’art. Les règles de la critique. Critique littéraire. Critique dramatique. Soumettre un écrit à la critique de quelqu’un.

Il se dit aussi de la Dissertation ou de l’écrit dans lequel on examine quelque ouvrage d’esprit. Sa critique a été imprimée.

Il désigne encore la Science qui discute les faits obscurs, les dates incertaines, la pureté des textes, l’authenticité des manuscrits. La critique historique.

Il se dit aussi de l’Ensemble de ceux qui critiquent, en quelque genre que ce soit. La critique lui a reproché telle chose. Il ne put échapper aux traits de la critique.

Il se dit également de Toute observation par laquelle on signale quelque imperfection dans une production de l’esprit ou de l’art. Voilà une critique bien sévère. Je n’adopte pas toutes ses critiques sur ce tableau. On a reproché tel défaut à ce poète et cette critique est fondée.

Il se dit, par extension, de Ce qui fait ressortir indirectement les défauts, les vices de quelque chose. Cette parodie est une critique fort spirituelle de telle pièce. Sa conduite est une critique de la vôtre.

Il signifie encore Censure maligne ou sévère de la conduite d’autrui, à propos de personnes ou de choses Rien n’est à l’abri de sa critique. Exercer sa critique sur un ouvrage. Il en fait une critique amère. Faire la critique des actes du gouvernement. On ne leur a pas épargné les critiques.

9ème édition (1992-)

(1)I. CRITIQUE adj. XIVe siècle, au sens médical, d’où « difficile, décisif » au XVIIe siècle. Emprunté du bas latin médical criticus, « qui marque une crise » (voir Critique II).

I. Relatif à une crise ; révélateur d’une crise.  1. MÉD. Qui est déterminant dans l’évolution d’une maladie ; qui annonce une crise. Des signes, des phénomènes critiques. La phase critique de l’épidémie. Spécialt. Qui correspond à un moment où la vie du malade est en danger, où le pronostic est réservé. Période critique. Il reste encore quelques jours critiques avant que l’on puisse se prononcer sur l’issue de l’opération. Être dans un état critique. 2. Par anal. En parlant de situations physiques ou morales. Qui amène un changement important, décisif, en bien ou en mal. L’âge critique de la puberté, de la ménopause. Des moments critiques dont dépend le cours de l’existence. Spécialt. Qui inspire des inquiétudes, grave, alarmant. Des circonstances critiques. Se trouver dans une situation, dans une position critique. L’économie de ce pays se trouve dans un état critique. 3. PHYS. Qui détermine un changement d’allure dans un processus physique. Point critique ou température critique, température au-delà de laquelle un corps à l’état gazeux ne peut pas être liquéfié. La température critique de l’eau est de 374 °C. – PHYS. NUCL. Masse critique, masse de matière fissile nécessaire pour initier une réaction en chaîne. – AÉRON. Vitesse critique, égale à la vitesse de propagation du son (on dit aussi Mur du son). À la vitesse critique, les phénomènes aérodynamiques se modifient brutalement.

II. Relatif à un jugement.  1. Qui met en œuvre la faculté de discerner le vrai ou le bien ; qui suppose l’exercice du jugement intellectuel ou moral.Sens critique, aptitude à analyser et à porter des jugements de valeur. Esprit critique, tendance à n’admettre aucune proposition sans en avoir vérifié le bien-fondé. Manquer d’esprit critique. Une pédagogie qui cherche à développer l’esprit critique. Spécialt. Qui émet ou conduit à émettre des jugements de valeur et, plus particulièrement, qui émet des jugements négatifs. Avoir un œil critique. Se montrer critique à tout propos. Être d’une humeur critique,être enclin à relever les défauts des personnes, des choses.  2. Relatif à l’examen méthodique d’une œuvre, entrepris en vue d’en apprécier la valeur ou de l’analyser sous différents aspects. Des observations critiques. Dissertation critique. Un article critique sur l’œuvre d’un peintre, sur une représentation théâtrale, sur un film. Opposer l’activité créatrice et l’activité critique. Soumettre une œuvre à un examen critique. Ce romancier est aussi l’auteur de nombreux essais critiques, d’essais littéraires, consacrés à l’examen et à l’appréciation de thèses, d’ouvrages, etc. Bibliographie critique, qui porte sur chacun des ouvrages répertoriés un jugement succinct.  Spécialt. Qui résout un problème d’érudition. Édition critique, celle dont le texte a été soigneusement établi d’après les manuscrits ou des éditions originales. Apparat critique, appareil critique, voir ces mots.  3. PHIL. Qui cherche à tracer les limites de la connaissance et à définir les conditions d’exercice de la raison. La philosophie critique de Kant.

(2)II. CRITIQUE n. m. XVIe siècle. Emprunté du latin criticus, « critique, juge des ouvrages de l’esprit », du grec kritikos, dérivé de krinein, « juger, estimer ».

1. Personne qui porte avec sévérité des jugements de valeur. Rousseau s’est fait le critique de la société. Par ext. Péj. Personne qui se plaît à dénigrer.Il est le critique de tout ce qui est nouveau. 2. Érudit, écrivain ou artiste qui analyse une œuvre littéraire ou artistique. Baudelaire, critique d’art. Sainte-Beuve, Taine, Faguet et Anatole France furent d’importants critiques littéraires. Spécialt. Journaliste qui, dans la presse, à la radio ou à la télévision, rend compte de l’actualité littéraire ou artistique et l’apprécie. Un critique de théâtre ou critique dramatique. Un critique judicieux, sévère, indulgent. Il fut longtemps le critique attiré de ce journal. Un critique de cinéma redouté.

(3)III. CRITIQUE n. f. XVIe siècle. Emprunté du grec kritikê, « art de juger ».

Action de juger, d’évaluer.  1. Rare. Aptitude à discerner le vrai ou le bien ; exercice de cette aptitude. Le moindre effort de critique lui aurait permis de reconnaître l’invraisemblance d’un tel mensonge. 2. Action de porter un jugement de valeur négatif, qu’il soit justifié ou injustifié, sur une personne, une action, une entreprise ; ce jugement lui-même. Se livrer trop souvent à la critique. Exercer sa critique sur tout et sur rien. Donner prise, prêter le flanc à la critique. Désarmer la critique par une conduite irréprochable. Une critique impartiale, sévère, malveillante, systématique. Voilà une critique pertinente, judicieuse. Des critiques constructives, qui aident à remédier aux insuffisances d’un ouvrage, d’une entreprise. Vos critiques ne sont pas fondées. Être en butte aux critiques. Multiplier les critiques. L’action du gouvernement appelle bien des critiques. Nous n’avons pas de critiques à formuler. Il ne supporte pas la moindre critique. Expr. proverbiale empruntée à Destouches, auteur dramatique du XVIIIe siècle. La critique est aisée, et l’art est difficile. 3. Analyse des œuvres littéraires et artistiques, comportant généralement un jugement de valeur. Critique littéraire, artistique, musicale, dramatique. Faire la critique d’un roman, d’un opéra. Par méton. JOURNALISME. Rubrique dans laquelle on rend compte de l’actualité littéraire ou artistique. Être chargé de la critique des livres, des films. Tenir la critique dramatique dans un journal, à la radio. Article, compte rendu par lequel on juge un ouvrage qui vient de paraître, une production artistique récente. Apporter sa critique hebdomadaire au journal. Rédiger une critique acerbe, bienveillante, indulgente, impartiale. Singulier à sens collectif. L’ensemble de ces articles. Obtenir une bonne critique. L’ensemble de ceux qui, dans la presse, à la radio, à la télévision, portent des jugements sur les œuvres littéraires ou artistiques. Cette pièce a été portée aux nues par la critique. La critique s’est déchaînée contre ce film. La critique reproche à cet auteur des négligences de style. Titre célèbre : La Critique de l’École des femmes,de Molière (1663).  Spécialt. Étude systématique des formes, des contenus, des conditions d’apparition et d’élaboration, des sources et des influences, des significations, etc., d’une œuvre que l’on cherche à expliquer ou à interpréter. Critique thématique. Critique des sources. Critique biographique, sociologique, génétique. La critique littéraire récente fait d’importants emprunts aux sciences humaines. 4. Examen scientifique de la valeur de documents. La critique des témoignages est une des bases du savoir historique. Critique historique, examen de la valeur des documents d’une époque.Critique textuelle d’un ouvrage, établissement du texte d’après l’étude des manuscrits ou des éditions originales.  5. PHIL. Examen par l’esprit de ce qu’il lui est possible de concevoir et de connaître et, plus particulièrement, examen mené par la raison sur ses propres limites et ses propres pouvoirs.  Titres célèbres : Critique de la raison pure (1781), Critique de la raison pratique (1788), d’Emmanuel Kant.

Henry Desmarest (1661-1741, Paris-Lunéville)

Rameau, Lully

« Jamais les Zoïles, les Gacons, les Frérons n’ont vomi de plus grandes indignités »
Voltaire, Préface à Sertorius,

Louis Moriéri verra son Grand Dictionnaire historique, ou mélange curieux de l’histoire sacrée et profane publié à Lyon en 1674 modifié par une vingtaine d’auteurs jusqu’en 1759. Avec le Dictionnaire historique et critique publié en 1697, le scepticisme de Pierre Bayle vise à corriger ses nombreuses erreurs et idées mal fondées, selon deux parties, la première narrant les faits historique, et la seconde par des discussions censurant les fautes, déployant les arguments.

Samuel Johnson (1709-1784) poète, essayiste, moraliste, critique littéraire, biographe, éditeur et lexicographe.

François-Benoît Hoffmann (1760-1828)
poèmes, livret de la tragédie lyrique en 3 actes Phèdre, musique de Lemoyne.
janvier 1792, son opéra Adrien, musique d’Étienne Nicolas Méhul
1807, sollicité par Charles-Guillaume Étienne pour collaborer en tant que critique au Journal de l’Empire, qui deviendra le
Journal des débats. analyse littérature, philosophie, histoire, politique et même médecine.
http://cesar.org.uk/cesar2/people/people.php?fct=edit&person_UOID=100709

William Hazlitt (1778-1830), essayiste humaniste, écrivain, critique littéraire, grammairien   Characters of Shakespear’s Plays, Table Talk, Liber Amoris, The Spirit of the Age, Notes of a Journey Through France and Italy, The Plain Speaker.

Louis Spohr (1784-1859)

compositeur, violoniste, chef d’orchestre et pédagogue allemand

2 volumes de sa Selbstbiographie (Autobiographie, 1860 et 1861)

Fabian Rehfeld (1842-1920) violoniste, chef d’orchestre, compositeur, critique musical pour le Berliner Neueste Nachrichten (1906-9), Berliner Allgemeine Zeitung (1903-11) ; écrivain d’une monographie sur Oskar Fried (1907) Offenbach (1909) Beethoven (1911), 1911-23 critique musical en chef du prestigieux Frankfurter Zeitung, influence sur Hans Pfitzner : Die neue Ästhetik der müsikalischen Impotenz (1920),

   contre Paul Bekker (1882-1937), Das deutsche Musikleben (1916) 3 collections d’essais : Kritische Zeitbilder (1921), Klang und Eros (1922) Neue Musik (1923) ; étude référence pionnière de sociologie musicale (conditions sociales, capacité perceptive) sur les symphonies de Mahler (1921).

Musikalische Neuzeit identifie une impulsion primaire dans la nouvelle musique pour créer des valeurs autonomes des propriétés uniques du medium. Mahler, Schoenberg, Rottenberg, Schreker et Rudi Stephan tous veulent créer des œuvres libres d’influence extra-musicales (poésie, peinture, histoire, philosophie) comme la peinture moderne du Cubisme, Futurisme, Expressionnisme : regagner l’intégrité organique de l’œuvre d’art en contraste avec la multiplicité Romantique. Musique non pas expression poétique ou produit de forces sociales mais matériau sonique obédient à ses propres lois phénoménologiques.

1923 : Bekker quitte le Frankfurter Zeitung pur une activité indépendante, désirant une place administrative produisant les concerts de Kassel et Wiesbaden. Pour objet d’équilibrer les scies musicales avec reprises d’anciennes œuvres (Boieldieu, Cimarosa, Dittersdorf, Grétry, Offenbach, Pergolèse, Schenk) et des créations (Busoni, Krongold, Pfitzner, Schreker, Stravinsky, la création mondiale d’Orphée et Eurydice de Krenek). À la fin de ses 5 années de contrat il retourne à Berlin et à la critique musicale pour des lettres ouvertes résumant 30 ans de carrière musicale : Briefe an zeitgenössische Musiker (1932)

     1934-7 (à sa mort) émigre au États-Unis et écrit pour le New Yorker Staatszeitung.

Derniers livres Wandlungen der Oper (1934), The Story of the Orchestra (1936) études historiques plus intelligibles d’une élégante synthèse de ses thèmes contradictoires (créativité individuelle entre les conflits du social et du matériau).

Paul Bekker papers ; Paul Bekker at Guttenberg project

Hermann Kretzschmar (1848–1924) musicologue allemand, fondateur de l’interprétation comme étude musicale
Führer durch den Konzertsaal (Guide through the concert hall) Leipzig 1887-90
Geschichte des neuen deutschen Liedes (History of the more recent German song), 1911 (Volume I, from Von Albert to Zelter only completed)(Leipzig, Breitkopf & Härtel).
Geschichte der Oper (History of Opera) 1919
Einführung in die Musikgeschichte (Introduction to the History of Music), 1920

Oscar Wilde (1854-1900)

The Critic as Artist: with some remarks upon the importance of dong nothing

inclu dans la collection d’essais Intentions publiée en mai 1891

The Critic as Artist est une version révisée d’articles « The True Function and Value of Criticism » parus en juillet et septembre dans The Nineteenth Century (magasine littéraire mensuel fondé en 1877 par Sir James Knowles ; devient The Twentieth Century en 1951 ; cesse de paraître en 1972).

objet d’abolir la séparation entre beaux-arts et critiques telle que la développaient  Matthew Arnold et James Abbott McNeill Whistler.
Seules des compétences critiques permettent la création ; la critique n’est pas dépendante de l’objet qu’elle critique.
Liberté décroit à mesure que l’on tente de prendre conscience.
Critique par-delà raison, sincérité et justice.
Critique organisera le chaos croissant, obtiendra la paix cosmopolite.

.

Werner Wolffheim (1877-1930)

Georg Schünemann (1884-1945)

Désiré-Émile Inghelbrecht (1880-1965, Paris) chef d’orchestre et compositeur.

Ses écrits

Comment on ne doit pas interpréter Carmen, Faust, Pelléas, 1932 ;
Diabolus in musica, 1933 ; « C’est peut-être moi. »
Le Chef d’orchestre et son équipe, Paris, Julliard, 1949 ;
Debussy, en collaboration avec son épouse Germaine, Paris, Édition Costard, 1953 ;
Le chef d’orchestre parle au public, 1957 ;
Mouvement contraire, Paris, Daumat, 1947.

Ses principales créations

La Marche écossaise (1913) et la Boïte à Joujoux (1919), ballet pour enfants de Claude Debussy,
Les Mariés de la Tour Eiffel, œuvre du Groupe des Six (1921),
L’Homme et son désir de Darius Milhaud.

George Orwell (Eric Arthur Blair, 1903-1950) critique littéraire, poète auteur, polémiste.

James Rufus Agee (1909-1955, Knoxville Tennessee)
Us Now Praise Famous Men refusé par le magazine Fortune, publié en livre en 1941. Travailleurs pauvres d’Alabama.
Il quitte le journalisme pour devenir critique de cinéma et littéraire au Time.
livre autobiographique A Death in the Family (1957)

Claude Rostand (1912-1970)
historiographe de Fauré, Strauss, Brahms, Liszt, Webern.
a publié également la Musique française contemporaine (1952), Entretiens avec Darius Milhaud (1952) et avec Francis Poulenc (1954),
exégète de la musique d’avant-garde  Dictionnaire de la musique contemporaine (1970), série d’émissions Éphémérides de la musique contemporaine pour l’ORTF, collabore avec des radios allemandes, des revues Melos et Musical America ainsi que du New York Times.
En 1958, il organise des concerts de musique contemporaine au Théâtre National Populaire sous l’appellation «Musique d’aujourd’hui». En 1961, il devient vice-président de l’ISCM (International Society for Contemporary Music). En 1966, il réalise un film sur Erik Satie pour la télévision de Baden-Baden.

Jean Starobinski (1920-) : « syntaxe qui musicalise l’idée » La relation critique (1970)

Groucho Marx to Woody Allen, March 22, 1967 : Dear WW:

Goodie Ace told some unemployed friend of mine that you were disappointed or annoyed or happy or drunk that I hadn’t answered the letter you wrote me some years ago. You know, of course, there is no money in answering letters — unless they’re letters of credit from Switzerland or the Mafia. I write you reluctantly, for I know you are doing six things simultaneously — five including sex. I don’t know where you get the time to correspond.

Your play, I trust, will still be running when I arrive in New York the first or second week in April. This must be terribly annoying to the critics who, if I remember correctly, said it wouldn’t go because it was too funny. Since it’s still running, they must be even more annoyed. This happened to my son’s play, on which he collaborated with Bob Fisher. The moral is: don’t write a comedy that makes an audience laugh.

tableaux et schémas : Social Diffusion of Music in Spain through the Popular Press / Lorenzo, Lucía Herrera and Ioana Anastasiu International Review of the Aesthetics and Sociology of MusicCoverage: 1971-2012 (Vols. 2-43)


JOUNAUX & REVUES

Anciens titres

Allgemeine Musikalische Zeitung (1798)
Revue musicale (1827) et Gazette musicale de Paris (1834) fusionnées sous le nom de Revue et gazette musicale de Paris (1835)
Musical World (1836)
La France musicale (1837)
Musical Times (1844)
Le Monde de la musique … Choc
Répertoire … 10 de Répertoire

REVUES

>>> Orientation bibliographique

Académie musicologique du Forez [extraits] (1984-1988)
Annales musicologiques : Moyen-Age et Renaissance (1953-1977)
Bulletin Charpentier
Bulletin de l’Association des Amis de Gabriel Fauré (1964-1979)
Bulletin de l’Association Georges Onslow
Bulletin de l’Atelier d’études sur la musique française des XVIIe et XVIIIe siècles (1989-2003)
Bulletin de la Société « Union musicologique » (1921-1926)
Bulletin de la Société française de musicologie (1917-1921)
Bulletin de la Société Marc Antoine Charpentier (1989-2004)
Bulletin de liaison des Amis de l’orgue (Luxembourg)
Bulletin des amis de l’orgue de Québec
Bulletin du Bibliophile [et du Bibliothécaire]
Bulletin du GAM (Groupe d’Acoustique Musicale) (1963-1987)
Cahiers de Fanjeaux : collection d’histoire religieuse du Languedoc au Moyen-Âge.
Cahiers de l’Association internationale des Etudes françaises (AIEF).
Cahiers de l’IRCAM : Compositeurs d’aujourd’hui (1992-1996)
Cahiers de l’IRCAM : Recherche musicale (1993-1996)
Cahiers de la Société Québecoise de Recherche en Musique
Cahiers Debussy.
Cahiers Maurice Ravel (1985-1998)
Cahiers rémois de musicologie
Crescendo : le bimestriel de la vie musicale
Dix-huitième siècle
Dix-septième Siècle
Entretemps
Etudes Faurénnes (1972-1984)
Etudes grégoriennes
Feuilles musicales (1948-1962)
Fontes Artis Musicae
InHarmoniques (1986-1991)
Journal de Recherche en Education Musicale (JREM) (2002-2004)
L’Année musicale [et dramatique], éd. C. Bellaigue (1886-1893)
L’Année musicale, éd. M. Brenet (1911-1913).
L’Art musical (1860-1894)
L’Education musicale
L’Oeil du système (1993-1999)
L’Organiste
L’Orgue
L’Orgue francophone
L’Univers musical, journal littéraire et artistique (1853-1864)
La Chronique musicale (1873-1876)
La France musicale (1838-1870)
La Gazette musicale de Paris (1834-1835)
La Lettre du Musicien
La Renaissance musicale, revue hebdomadaire de critique, d’esthétique et d’histoire (1881-1883)
La Revue et Gazette musicale de Paris (1835-1880)
La Revue internationale de musique (1938-1952)
La Revue Musicale, éd. Combarieu (1901-1912)
La Revue Musicale, éd. Fétis (1827-1835)
La Tribune de l’Orgue
La Tribune de Saint-Gervais : bulletin mensuel de la Schola cantorum (1902-1915)
La Vie Musicale Portugaise (1938-1939)
Le Journal de Musique (1876-1882)
Les Annales du théâtre et de la musique (1875-1916)
Les Cahiers de l’OMF (Observatoire Musical Français, 1996-2000)
Mercure et SIM (1905-1914)
Musica (1902-1914)
Musiciens et musique en Normandie : bulletin du Centre normand d’histoire musicale (1977-1981)
Musicorum
Musique – Images – Instruments
Musurgia : analyse et pratique musicale
Nouvelle revue du Seizième siècle (1986-2004)
Ostinato rigore : Revue internationale d’études musicales
Patrimoines musicaux (2004 -)
Positions des thèses de l’Ecole des Chartes.
Psaume: bulletin de la recherche sur le psautier huguenot.
Résonance (1991-1999)
Recherches sur la musique française classique
Revue belge de Musicologie = Belgisch Tidschrift vor Muziek-wetenschap
Revue belge de philologie et d’histoire
Revue de la musique religieuse, populaire et classique, éd. Danjou (1845-1847)
Revue européenne d’Etudes musicales (1991)
Revue Internationale de Musique Française (RIMF) : recherche, enseignement, formation (1980-1997)
Revue Musicale de Suisse Romande
Revue Musicale SIM
Romantisme : revue du Dix-neuvième siècle.
Seizième siècle
Silences (1985-1987)

Théâtre – Opéra – Ballet. Revue européenne bilingue (1995-1996)

 

La Revue musicale (1827-1835) de Fétis fusionne avec la Gazette musicale de Paris (5 janvier 1834-25 octobre 1835) publiée par Schlessinger pour fonder la Revue et gazette musicale (-1880)

Revue de Paris (1829-1858, contrefaçons belges 1829-1854) fondée par Lous-Désiré Véron pour concurrencer La Revue des Deux Mondes ; La Nouvelle Revue de Paris (1864-1865) puis absorvbée par la Revue française ; suspendue en 1940  puis 1945-1970

Le Corsaire, sous-titré journal des spectacles, de la littérature, des arts et des modes, est un quotidien français paru à Paris entre le 11 février 1823 et le 14 novembre 1858. De 1844 à 1847, il a fusionné avec le Satan de Petrus Borel pour devenir Le Corsaire-Satan.
Le journal eut pour directeur Jean-Louis Viennot.


Syndicat de la critique Théâtre Musique Danse

Music Criticism Project

Bibliographie

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :