Debussy (1867-1918)

« Je les envie peut-être. Avec eux la lutte n’est pas égale. Ils ont le droit de juger en une heure l’effort, le labeur, la gestation de plusieurs années » (DEBUSSY, Claude : Monsieur Croche, Gallimard, Paris, 1971, p. 269.)

Debussy dénonce la critique qui ne juge que l’adéquation à ses actions esthétiques. L’apparence de dilettantisme de Debussy qui fait mine de ne pas analyser les partitions est un outil qu’il se donne pour tisser des liens avec le lectorat par son opinion. « “Vous vous êtes trompé parce que vous ne faites pas comme moi”, ou bien : “Vous avez du talent, moi je n’en ai aucun, ça ne peut pas continuer plus longtemps…” J’essaierai de voir, à travers les œuvres, les mouvements multiples qui les ont fait naître et ce qu’elles contiennent de vie intérieure ; n’est-ce pas autrement intéressant que le jeu qui consiste à les démonter comme de curieuses montres ? » (DEBUSSY, Claude : Monsieur Croche et autres écrits, Gallimard, Paris, 1971, p. 23.)

Contre le professionnel, l’intellectuel forme ses opinions selon des mouvements esthétiques, remet en cause les verdicts, s’inspire de ses semblables, s’oppose au “milieu”. « Rester unique… sans tare… L’enthousiasme du milieu me gâte un artiste, tant j’ai peur qu’il ne devienne par la suite que l’expression de son milieu. » (idem, p. 51.)

Debussy invente Monsieur Croche pour pouvoir se critiquer lui-même. Par le personnage conceptuel, Debussy combat le diletttantisme qui, du fait de l’inculture musicale, évalue le talent comme incompréhensible (en qualité comme en défaut). Antidilettante, Monsieur Croche personnage conceptuel, combat l’effacement de Claude Debussy (le personnage est employé comme prétérition renforçant la personne). « On les a traités de maîtres ! Prenez garde que cela ne soit qu’une façon polie de s’en débarrasser »(DEBUSSY, Claude : Monsieur Croche et autres écrits, Gallimard, Paris, 1971, p. 50.)

.

Paul Valéry (1871-1945, Sète-Paris) Monsieur Teste (1896)

Monsieur croche

Debussy invente Monsieur Croche pour pouvoir se critiquer lui-même

« On les a traités de maîtres ! Prenez garde que cela ne soit qu’une façon polie de s’en débarrasser »

(DEBUSSY, Claude : Monsieur Croche et autres écrits, Gallimard, Paris, 1971, p. 50.)

Rester, demeurer unique, comme seule résistance qui permet l’adhésion si elle est l’expression pleine d’une volonté de création. « Rester unique… sans tare… L’enthousiasme du milieu me gâte un artiste, tant j’ai peur qu’il ne devienne par la suite que l’expression de son milieu. »

(DEBUSSY, Claude : Monsieur Croche et autres écrits, Gallimard, Paris, 1971, p. 51.)

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :