Littérature

La littérature axée vers le public remet en cause la verticalité des rapports donc la transvaluation.

Charles Nodier (1780-1844, Besançon-Paris), Jules Janin (1804-1874), Théophile Gautier (1811-1872), publient des critiques, nouvelles et romans fantastiques.

  • Livres traitant de musique

Balzac dans ses romans nous apprend, apprend à la littérature à analyser le détail signifiant ; Gambara (1837 dans la Revue et gazette musicale de Paris), Massimila Doni ( poursuivant des idées sur Robert le Diable de Giacomo Meyerbeer, Mosè in Egitto et le Barbier de Séville de Rossini 1837 dans les Études philosophiques de la Comédie humaine avec Gambara, les Proscrits et Séraphîta ; en 1839, dans la France musicale, sous le titre “Une représentation du Mosè in Egitto de Rossini à Venise”, avec un préambule soulignant le rôle que Stendhal avait joué pour faire connaître le musicien Rossini en France.

Balzac inspire beaucoup, voire rédige à la place de Félix David une Introduction aux Études philosophiques publiée le 6 décembre 1834.
Après le naufrage de la Chronique de Paris en 1836 et peu après des échecs littéraires et dramatiques, Blazac lance la Revue parisienne, qu’il rédige à peu près seul, qui doit contenir une nouvelle inédite, une chronique, politique, des poèmes et compléments et qui survit à trois parutions les 25 juillet, août et sepembre 1840. La critique littéraire doit s’associer à la politique.
Balzac convoque l’onirisme, le fantastique, le chimérique, la confrontation d’humanité et d’animalité, les monades de Leibniz, les molécules organiques de Buffon, la force végétatrice de Needham, l’emboîtement des parties similaires de Charles Bonnet.
Une opinion dans un journal de 20.000 abonnés est lue par 200.000 lecteurs en dix jours pour un livre tiré à 1.500 exemplaires avec 75.000 lecteurs par an.
Nous avons une cour de cassation c’est l’avenir, heureux qui peut y comparaître.
Il faut un Auguste à Virgile, Léon X et Jules II àRaphaël, Alexandre à Artistote, Louis XIV à Molière, François Ier à Rabelais.

En partie grâce aux liens à la musique, nous pouvons dresser ce constat : les frontières entre littérature et poésie cèdent le pas à la poétique … et ce à l’époque même où les frontières entre poésie et littérature cèdent le pas à un esprit poétique : la poésie se fait prose chez Rimbaud qui est le voyant synesthète (ses voyelles sont colorées), chez Verlaine qui exige De la musique avant toute chose, chez Mallarmé qui signifie à l’écrivain qu’il lui faut céder l’initiative aux mots (donc en trouver une certaine musicalité), chez Baudelaire qui travaille par la poésie les correspondances,

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Léon Tolstoï (1828-1910) – La Sonate à Kreutzer (1889), inspiré de la sonate pour piano et violon n°9 en la majeur, op. 47 (1802-1803) de Beethoven, inspire Leoš Janáček : Quatuor n°1 (1923) surnommé La Sonate à Kreutzer qui avait déjà inspiré un trio reprend la chornologie du roman ; Quatuor n°2 (1928) surnommé lettres intimes. Tosltoï inspire également la plume de sa femme Sophie Tolstoï – À qui la faute ? et Romance sans paroles ainsi que de son fils Léon Tolstoï – Le Prélude de Chopin.

« Où l’on veut avoir des esclaves, il faut le plus de musique possible. » (cité par Vladimir Jankélévitch dans La Musique et l’Ineffable, Seuil, Paris, 1983, p. 16.)

Arthur Schnitzler (1862-1931) – Fräulein Else (1924) suite de ses pensées renvoie aux futurs discours intérieurs d’Ulysse et de à Belle du seigneur).

Romain Rolland (1866-1944) – Jean-Christophe (1904-1912)

Virginia Woolf (1882-1941) – Le quatuor à cordes (1921, dans Monday or Tuesday, nouvelles) se dénonce comme programme pour la musique de Mozart.

James Joyce (1882-1941, Dublin-Zurich)

Chamber Music (1907) recueil de poésie : mis en musique par  Samuel Barber, Luciano Berio, Aleksandar Simić, Ivan Božičević, Israel Citkowitz, Robin Williamson, Dr. Strangely Strange, Syd Barrett, Martyn Bates de Eyeless in Gaza, et Jim O’Rourke et Steve Shelley de Sonic Youth ; Nicolas Grenier et Torphy composèrent une musique d’ambience pour le recueil ; en 2008, Fire Records publia une compilation de deux disques contenant les 36 poèmes mis en musique par des musiciens de la scène algternative contemporaine dont Mercury Rev, Gravenhurst, Ed Harcourt, et Willy Mason.

A Portrait of the Artist as a Young Man (1916)

  • Musique traitant de littérature

à l’évidence on trouvera la musique qui emploie du texte (chansons, romances, mélodies, lieder) ou y réfère (poèmes symphoniques) mais ce sur quoi il faut insister à la suite d’une pratique et d’une étude de ces formes vocales, c’est que la musique ne vient pas s’ajouter par-dessus la poésie (comme, dans le cas complémentaire de la poésie traitant de musique elle ne vient pas s’imposer dans le poème), la musique se renforce des symboles que construit le langage poétique, comme la poésie se renforce en cherchant une musicalité.
Ainsi le poème symphonique est la continuation d’un lien littéraire : celui de la musique à programme

chansons, romances, mélodies, lieder

musique à programme

poèmes symphoniques

opéras

  • Littérature et critique

Baltasar GraciánEl Criticón (L’Homme détrompé, 1651-1657),

Andrenio, image de l’instinct entraîné par la tyrannie des passions, doit faire l’apprentissage sous la tutelle de Critilo, qui représente la raison et le discernement.

conceptiste (rythme rapide, métaphores pleines d’esprits, jeux de mots, intensité sémantique (l’ellipse, le zeugma, la polysémie, l’antithèse, l’équivoque, le paradoxe, la paronomase) ; style littéraire caractéristique de la littérature baroque espagnole de la fin du XVIe au XVIIe siècle, dont Alonso de Ledesma fut l’initiateur et Francisco de Quevedo le plus grand représentant. Gracián a théorisé, dans Agudeza y arte del ingenio (Art et figures de l’esprit, 1647) comme : « Un acte de l’entendement qui exprime la correspondance entre les objets »)

emblématique (figure symbolique avec paroles en forme de sentence) et suasoria (discours persuasif, exercice de déclamation donnant un conseil à une figure historique / controversia : s’engage dans un débat – forensic (devant le forum, qui convoque toutes les sciences) judiciaire)

récit dans aucun genre déterminé, roman allégorique et conte philosophique (avant la lettre) intégrant les mythes, l’histoire, la légende, les dits, les proverbes, la somme philosophique de l’Antiquité, de la Renaissance et du Siècle d’or, la Bible, Homère, Ésope ou Sénèque jusqu’à Raymond Lull, Thomas d’Aquin, Quevedo ou Descartes).

dogmatique gracianesque : homme dédoublé Andrenio-Critilo (sous ses deux facettes, l’une compulsive et inexperte, représentée par Andrenio, l’autre prudente et expérimentée, incarnée par Critilo), parcours géographique allégorique des âges, le personnage est le monde, circonstance (non pas l’axiomatique du comportement)

division classique des âges de la vie :

1° partie « Dans le printemps de l’enfance et à l’été de la jeunesse ».

Critilo s’échoue dans l’île de Sainte-Hélène et baptise Andrenio, lui enseignant le langage.

Critilo et Andrenio reviennent en Espagne, à la poursuite de Felisinda (« le bonheur fallacieux »), l’épouse de Critilo. à Madrid, en butte à la perfidie de Falsirena (« la fausse sirène »). Au retour d’Aranjuez et de l’Escurial, où il est parti seul, Critilo ne retrouve plus Andrenio. Grâce à Égenio, les retrouvailles ont lieu. Les deux compères sont conduits à « la Foire du Monde entier », où un guide les induit en tentation : « Dans le monde, il a deux séjours, l’un de Probité, et l’autre du Profit. J’ai toujours trouvé le premier rempli de vent et de fumée et vide de toute autre chose, et le second rempli d’or et de pierres précieuses : vous y trouverez l’argent, qui est un abrégé de toute chose. Cela étant, voyez qui vous devez suivre. »

2° « Philosophie judicieuse et avisée, dans l’automne de l’âge viril »,

Conduits par Argos, les deux amis visitent Huesca, en Aragon, patrie de l’auteur, avant de gagner la France, où ils connaissent « la Prison d’or et les cachots d’argent ».

maison de Sofisbella à la visite de la demeure de la Fortune, en passant par le Conseil général du Monde ; rencontre de la nymphe des Arts et des Lettres, traversée du désert d’Hypocrinda (l’Hypocrisie, où on peut voir une attaque contre le jansénisme de Port-Royal), puis l’arsenal de la Valeur, l’amphithéâtre de Monstruosités.

pessimisme exacerbé où tout a valeur de symbole

mœurs de l’époque, vices de la société, traits caractéristiques des nations.

Théâtre du monde et ses péchés capitaux, malice, homme comme pire des créatures.

Leçon de sagesse et de morale conduisant au bonheur sous un ton désabusé

Vertu = Connaissance, prudence, sagacité.

Dans la troisième partie (« Dans l’hiver de la vieillesse »), ils vont à Rome et y découvrent une académie où se trouvent les hommes les plus inventifs, puis finissent par rejoindre l’Île de l’Immortalité.

Lesage (1668-1747) – Gil Blas (1715-1735)

« Enfin nous ne portons point d’argent sur la route. Nous nous abandonnons à la Providence. Eh ! non, non, lui repartis-je, vous ne vous y abandonnez pas. Vous avez toujours de bonnes pistoles pour être plus sûrs de la Providence. Mais, mon père, ajoutai-je, finissons. Mes camarades, qui sont dans ce bois, s’impatientent. Jetez tout à l’heure votre bourse à terre, ou bien je vous tue. A ces mots, que je prononçai d’un air menaçant, le religieux sembla craindre pour sa vie. Attendez, me dit-il, je vais donc vous satisfaire, puisqu’il le faut absolument. Je vois bien qu’avec vous autres, les figures de rhétorique sont inutiles. En disant cela, il tira de dessous sa robe une grosse bourse de peau de chamois, qu’il laissa tomber à terre. Alors je lui dis qu’il pouvait continuer son chemin, ce qu’il ne me donna pas la peine de répéter. Il pressa les flancs de sa mule, qui, démentant l’opinion que j’avais d’elle, car je ne la croyais pas meilleure que celle de mon oncle, prit tout à coup un assez bon train. Tandis qu’il s’éloignait, je mis pied à terre. Je ramassai la bourse qui me parut pesante. Je remontai sur ma bête et regagnai promptement le bois, où les voleurs m’attendaient avec impatience, pour me féliciter de ma victoire. A peine me donnèrent-ils le temps de descendre de cheval, tant ils s’empressaient de m’embrasser. Courage, Gil Blas, me dit Rolando, tu viens de faire des merveilles. J’ai eu les yeux sur toi pendant ton expédition. J’ai observé ta contenance. Je te prédis que tu deviendras un excellent voleur de grand chemin. Le lieutenant et les autres applaudirent à la prédiction et m’assurèrent que je ne pouvais manquer de l’accomplir quelque jour. Je les remerciai de la haute idée qu’ils avaient de moi et leur promis de faire tous mes efforts pour la soutenir. Après qu’ils m’eurent d’autant plus loué que je méritais moins de l’être, il leur prit envie d’examiner le butin dont je revenais chargé. » (Chapitre VIII, pp. 32-33)

Hyacinthe Cordonnier, dit Thémiseul de Saint-Hyacinthe, dit Chrisostome Maranasius (1684-1746) écrivian satirique.

Le Chef d’œuvre d’un inconnu (1714)

Jean François de La Harpe (1739-1803)

Chateaubriand (1768-1848)

Abel François Villemain (1790-1870)

Émile Deschamps (1791-1871)

Balzac (1799-1850)
lien avec Wagner : enchevêtrement de thèmes et personnages sur une durée héroïque conciliant par l’esthétique des querelles nationales inventées, attisées

Jules Janin (1804-1874)
Gustave Planche (1808-1857)
Flaubert (1821-1880)
Du temps de La Harpe, on était grammairien ; du temps de Sainte-Beuve et de Taine, on est historien. Quand sera-t-on artiste, rien qu’artiste, mais bien artiste ? Où connaissez-vous une critique qui s’inquiète de l’œuvre en soi d’une façon intense ? (Lettre à George Sand, 2 Février 1869).
Théodore de Banville (1823-1891)
Critique au Pouvoir (1850), puis National (1869)
devient memebre de la Revue fantaisiste (1861), où se retrouvent les poètes qui furent à l’origine du Parnasse.
Ferdinand Brunetière (1849-1906)
 la critique : « la contrepartie de tous les genres littéraires »
Jules Lemaître (1853-1914)
Émile Faguet (1847-1916)

Ernst Robert Curtius (1886-1956)
universitaire, philologue et critique littéraire, célèbre pour son étude de 1948 Europäische Literatur und Lateinisches Mittelalter

Leo Spitzer (1887-1960, Vienne, Forte dei Marmi),

critique littéraire concentré sur la stylistique

Graham Greene (1904-1991) écrivain, auteur, critique

David John Lodge (1935-) auteur et critique littéraire.

roman satyriques sur la vie universitaire avec la trilogie Campus : Changing Places: A Tale of Two Campuses (1975), Small World: An Academic Romance (1984), and Nice Work (1988).

The Art of Fiction (1992)

Littérature et musique, Labyrinthe

le Pouvoir (1850), puis le National (1869) et devint une figure très importante du monde littéraire, devenant membre de la Revue fantaisiste (1861), où se retrouvent les poètes qui furent à l’origine du Parnasse

Littérature et illustration

http://www.raptusassociation.org/literature.html

http://www.raptusassociation.org/amz_e1.html

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :